Votre Efficacité Personnelle
fermer_

Vous appréciez nos articles, inscrivez vos coordonnées ci-dessous et nous vous les enverrons par email à chaque publication :

Pour votre santé, éliminer les perturbateurs endocriniens

Connaissez-vous les perturbateurs endocriniens qui affectent insidieusement notre santé ? En tous cas, les informations ne manquent pas dès que l’on s’intéresse un peu au sujet !

Les Perturbateurs Endocriniens © phattanasangsa – Fotolia.com

Les perturbateurs endocriniens

Ils sont malheureusement dans beaucoup de produits que nous utilisons au quotidien : packagings de l’alimentation, bouteilles en plastique, lingettes pour bébés, etc. Et pour nous les femmes, mais en fait les enfants et les hommes sont aussi concernés on en trouve également dans les produits cosmétiques (crèmes, parfums, vernis…) et dans les produits d’hygiène !

Au fil des études on découvre les effets néfastes sur la santé de tel ou tel produit et malheureusement peu de marques ont supprimé tous les perturbateurs endocriniens de leurs ingrédients.

Sur les produits d’hygiène et de beauté une enquête a été menée par « Que Choisir »

On retrouve le même constat dans l’enquête menée par l’agence de notation NOTEO

Même analyse du côté du rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

 

Chacun de ces perturbateurs endocriniens sont néfastes individuellement pour la santé, mais encore plus mélangés en cocktail dans tous les produits de notre vie quotidienne dans lesquels ils se trouvent. C’est d’ailleurs leur interaction qui inquiète le plus les scientifiques.

Les produits chimiques trouvés dans les bouteilles en plastique par exemple et certains produits nettoyants peuvent créer l’anarchie dans notre organisme en imitant ou en interférant avec les hormones naturelles.

Pour nous assurer de préserver ou rétablir notre équilibre hormonal, il est souhaitable de connaître ces ennemis perturbateurs de notre santé.

 

Voici 7 perturbateurs endocriniens qu’il vaut mieux éviter.

Les Perturbateurs Endocriniens © photka – Fotolia.com

1 Le BPA, BISPHÉNOL A.
On le trouve dans les bouteilles en plastique, les aliments en boite et les reçus qu’on vous donne à la caisse.
Ce BPA peut avoir un effet négatif sur le développement du cerveau et les fonctions de reproduction, ce qui est surtout un problème chez les jeunes enfants.

Pour l’éviter, optez pour les bouteilles en verre. Choisir les boites de conserve portant la mention ‘sans BPA. Ne pas utiliser de conditionnement en plastique dans le four à micro-ondes.

 

2. L’ATRAZINZ
C’est le pesticide principalement identifié sur les récoltes en particulier de maïs et de soja. Il est interdit en Europe, mais utilisé aux États-Unis et on le trouve importé en Europe dans les fraises, pommes, cèleri, pêches, épinards, nectarines, raisins, poivrons, pommes de terre, myrtilles et laitue.

Il a des effets indésirables sur le système nerveux et reproducteur chez l’humain et l’animal.
Pour l’éviter, acheter ses légumes et fruits BIOS si possible et privilégier les produits et producteurs locaux. On a la chance en France d’avoir les marchés, les regroupements de consommateurs et de producteur, par exemple AMAP, jardin de Cocagne, etc.

 

3. LES DIOXINES
Pour faire simple, on va dire que ce sont les rejets industriels, qu’on trouve partout dans le monde et qui s’accumulent dans les tissus graisseux des humains et des animaux.

On les appelle aussi PCDD, PCDF ou TCDD, mais tous font partie de la même famille de produits chimiques qui font baisser le niveau de spermatozoïdes, qui augmente le taux de cancer du sein et provoque des problèmes de développement et de reproduction.

Pour l’éviter, il vaut mieux limiter au maximum la consommation de viande rouge. Et au minimum, choisir au moins les viandes BIOS ainsi que des produits laitiers BIOS. Privilégier les volailles, le lapin, encore une fois produits par des petits éleveurs. Et consommer également des produits laitiers végétaux. On en trouve d’excellents. (lait de soja, de riz, de noix de coco, de noisettes, d’amande, etc.)

 

4. Les PCB ou BIPHENYLS POLYCHLORINÉS
On les trouve dans la fibre de verre, les équipements électriques, les peintures à l’huile, les vernis pour parquet, les adhésifs et les ampoules fluorescentes (en plus du sol et des nappes phréatiques).

Ils ont une influence sur le développement du cancer du foie et de l’estomac. Ils sont impliqués dans les problèmes d’immunité, les systèmes reproducteurs, nerveux et endocriniens. Ce qui concerne en priorité les femmes qui sont à risque de développer de l’endométriose.

Pour limiter son influence, il vaut mieux ne pas manger de poissons de rivière et de lac. En effet, on trouve une forte concentration de PCB dans les sédiments de lacs et rivières, qui contaminent les gros poissons de rivière. Il vaut mieux manger des sardines.

 

PerturbateursEndocriniens© monticellllo – Fotolia.com

5. Les PHTALATES
On les trouve surtout dans les jouets, les emballages alimentaires (Nutella), les détergents, certains produits de beauté, les rideaux de douche et les adhésifs. Ces produits chimiques sont utilisés pour plastifier tous ces produits.

Ce sont des carcinogènes notoires et des perturbateurs endocriniens, particulièrement en ce qui concerne le développement du jeune garçon, à n’importe quel stade de la croissance, dès la grossesse.

Les phtalates peuvent perturber le développement nerveux du fœtus mal dès la huitième semaine de gestation en s’accrochant à des récepteurs d’androgènes. C’est le genre d’anomalie qui peut perturber le niveau normal de testostérone du bébé, au point qu’il peut développer des caractéristiques sexuelles féminines, même si son code génétique est XY.

Pour l’éviter utilisez le vinaigre blanc, le savon noir, les huiles essentielles pour désinfecter, le bicarbonate de soude pour nettoyer, et privilégier les produits de beauté sans parfum. Utilisez plutôt les huiles essentielles pour parfumer et désinfecter. Supprimer tout particulièrement les produits d’entretien toxiques quand on est enceinte !

 

6. Les PERCHLORATES
On trouve ces sels dans l’eau des villes. Sans odeur, sans couleur, ils se trouvent naturellement dans l’environnement, mais il arrive qu’ils se concentrent et provoquent des déséquilibres thyroïdiens, en particulier chez les femmes, en perturbant la façon dont la thyroïde utilise l’iode pour son équilibre.

Les concentrations de perchlorates pourraient expliquer en partie l’épidémie actuelle de femmes souffrant d’hypothyroidisme et de malfonction thyroïdienne. Les symptômes de ces déficiences incluent la fatigue, une digestion ralentie, la prise de poids, une peau sèche, une sensation constante de froid et une incapacité à se concentrer.

Là, c’est difficile de les éviter ! On peut penser à l’iode et prendre l’habitude de consommer des algues, des fruits de mer très iodés comme les oursins ou les huitres. Prendre également une supplémentation multivitaminée contenant du zinc, de l’iode et du sélénium.

En aromathérapie, la Myrthe verte (myrtus communis) aide à régulariser la thyroïde : en massage sur la gorge, le matin, 3 gouttes dans un peu d’huile de base. (amande douce, pépin de raisins, noisettes)
7. Le TRICLOSAN
On le trouve dans les savons antibactériens, les dentifrices, les liquides de vaisselle et autres produits nettoyants pour la maison. C’est encore un produit qui interfère avec l’expression de la testostérone et qui affecte les hormones thyroïdiennes.

Pour l’éviter, il vaut mieux utiliser des produits naturels comme le savon de Marseille, des huiles essentielles (Lavande, Arbre à thé, Romarin, Thym, Géranium) et du vinaigre pour désinfecter la maison et les bobos à la place des produits chimiques (comme le gel désinfectant…).

 

Perturbateurs Endocriniens © viperagp – Fotolia.com

Il convient d’insister sur les produits de beauté : 71 % des fonds de teint, 40 % des rouges à lèvres, 38 % des soins du visage, 43 % des démaquillants, 36 % des déodorants, et 24 % des shampoings contiennent au moins 1 perturbateur endocrinien.

Pour en savoir plus, visitez le site : l’observatoire des cosmétiques.

Quand on fait ses courses, il n’est pas évident de tout surveiller et de jouer les détectives à la recherche des perturbateurs endocriniens, même si notre santé en dépend.

Encore une fois vous trouverez énormément d’informations à ce sujet à l’institut de notation NOTEO, dont je parle en début d’article. Ils ont même une application smartphone .

Quand elle est téléchargée sur votre smartphone, il suffit de scanner le produit pour connaitre la note. Sinon, vous trouvez les informations sur 45,000 produits qui ont été évalués.

Si vous profitez de l’offre Santé hygiène de vie, vous trouverez encore beaucoup d’autres conseils et information pour entretenir une bonne santé qui permet de mieux résister à tous ces perturbateurs endocriniens : OFFRE SPÉCIALE

 

* Cet article m’a été inspiré par un article de la revue Notre Temps de mai 2014 et par un article de Cécile Ellert Aromathérapeute holistique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge