Votre Efficacité Personnelle
fermer_

Vous appréciez nos articles, inscrivez vos coordonnées ci-dessous et nous vous les enverrons par email à chaque publication :

histoires à méditer : persévérance

Une histoire de persévérance


MACHAON naissance du papillon Gérard Brissot

 

Naissance d’un papillon

Un homme observait dans son jardin un cocon qui s’ouvrait donnant naissance à un papillon, mais au bout de quelques heures, il lui sembla que le papillon ne progressait plus, pris au piège dans son cocon, qu’il n’avait pas la force d’ouvrir.

Pensant l’aider il découpa délicatement le cocon avec une paire de ciseaux pour aider le papillon à sortir. Celui-ci émergea facilement. Mais son corps était chétif et ses ailes froissées insuffisamment développées.

L’homme continua à l’observer en pensant que le papillon finirait par déployer ses ailes et s’envoler. Mais cela n’arriva jamais. Le papillon mourut de ne pouvoir s’envoler et butiner.

En effet, tout est bien en place, le cocon trop serré est une ruse de la Nature pour forcer le papillon à le percer et à renforcer ses ailes… C’est la condition pour qu’il puisse voler.

 

Passons de la chenille au papillon

Quelle est notre attitude face aux difficultés, faisons-nous preuve de persévérance ?

« Beaucoup de problèmes qui ne peuvent être surmontés quand ils sont ensemble peuvent être résolus quand ils sont pris au fur et à mesure de leurs priorités. » Plutarque

« La patience vient mieux à bout des entreprises que la force. La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force. » Plutarque

 

Parfois, nous pensons avoir un grand contrôle de notre vie, d’autres fois nous avons l’impression d’être submergé par des forces au-delà de notre contrôle. Cependant, nous pouvons toujours contrôler notre façon de penser et garder notre propre intégrité quelque soit les évènements et les problèmes qui se présentent dans notre vie.

Quand on ressent frustration et insatisfaction, c’est le signe que de grands changements dans notre vie sont à entreprendre. Il faut alors accepter et apprécier les difficultés qui se présentent comme une possibilité d’apprendre en évacuant toute peur et anxiété. C’est ce qui fera la différence positive dans notre destin de vie.

En voyant plutôt dans ces évènements des occasions de supprimer ce qui ne nous est pas utile et de choisir ce qui est meilleur pour nous. Cela peut-être la possibilité de découvrir de profondes et puissantes occasions de changement de trajectoire de notre vie, auxquelles nous n’avions même pas songé et qui nous emmèneront encore plus loin que nous ne l’avions imaginé.

Imaginez ce qui se passerait si au lieu d’être agacés par les déceptions de la vie, nous prenons ces désenchantements comme des encouragements et faisons preuve de persévérance sans être découragés par les obstacles……….

Soyons reconnaissants pour les défis de notre vie, acceptons-les comme des occasions que la vie nous offre de donner encore plus de valeur à notre vie.

« Il faut que le désir soit irrité par des obstacles. L’homme qui n’a rien à désirer est à coup sûr plus malheureux que celui qui souffre. » Le Baron D’Olbach

 Pour vous guider sur ce chemin d’accomplissement de soi et développement personnel 

 

Comments 29

  1. Stéphanie dit :

    Bonjour,
    Churchill disait « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté », cela rejoint bien vos propos et c’est une leçon à méditer très sérieusement!

    1. Christine dit :

      Bonjour Stéphanie,

      Nos grands hommes ont souvent des paroles de sagesse qu’il est bien de se rappeler.
      Merci pour cette citation et votre commentaire qui ajoute du contenu à mon article.
      Bien amicalement,
      Christine

  2. Maxime dit :

    Bonjour Christine,
    Dans un de mes récents articles, j’ai partagé un extrait du film « Oui, mais » dans lequel était repris cette métaphore du papillon avec le commentaire suivant : « Aider, oui, sauver, non ! »
    En même temps que la persévérance, j’associe la contrainte à un « mal » nécessaire pour nous aider à grandir et à développer notre puissance intérieure.
    Sans contrainte extérieure, y a-t-il possibilité de faire jaillir la vie en nous ou de changer de monde ?
    Un arbre pourrait-il grandir s’il n’avait pas d’écorce autour de son tronc ?
    Pourquoi un enfant doit-il subir un traumatisme physique énorme à la naissance pour passer du monde aquatique à un monde aérien ?
    Pourquoi les personnes se décident -elles à rentrer dans un processus de changement quand elles en ont marres d’en avoir marre ?
    Pour ma part, quand je me vois plonger en énergie basse, je me dis que je suis en train de vivre un processus de changement vers quelque chose de meilleur.
    La vie est créativité.
    Les plus grandes inventions ont lieu dans un contexte de contrainte !

    J’adore :
    « au lieu d’être agacés par les déceptions de la vie, nous prenons ces désenchantements comme des encouragements et faisons preuve de persévérance sans être découragés par les obstacles………. »

    Je bénis un monde dans lequel chaque personne verra dans son monde d’ombre les germes de leur lumière et de leur pouvoir intérieure.

    Vis une merveilleuse journée.
    Maxime

    1. Christine dit :

      Merci Maxime d’avoir complété si heureusement cet article!
      Je te souhaite le meilleur
      Bien amicalement,
      Christine

  3. charlotte dit :

    Bonjour Christine,

    Pour faire suite aux propos de Churchill : »Les problèmes sont de bonnes occasions qui se présentent en vêtements de travail »
    cette phrase m’a été envoyée par Christian Godefroy, il y a très longtemps.

    Merci .

    Belle Journée

    Charlotte

    1. Christine dit :

      Bonjour Charlotte,

      Excellent!
      Ce cher Christian, comme il nous manque. 🙂
      Bien amicalement,
      Christine

  4. charlotte dit :

    Bonjour Christine,

    Pour faire suite aux propos de Churchill : »Les problèmes sont de bonnes occasions qui se présentent en vêtements de travail »
    cette phrase m’a été envoyée par Christian Godefroy, il y a très longtemps.

    Merci .

    Belle Journée

    Charlotte

    1. Christine dit :

      Bonjour Charlotte,

      Excellent!
      Ce cher Christian, comme il nous manque. 🙂
      Bien amicalement,
      Christine

  5. zenie dit :

    Bonjour Christine, l’histoire du papillon me fait penser que souvent quand on aide quelqu’un , on en fait trop et qu’en fait il n’apprenne rien.
    L’aide la plus profitable serait de lui montrer pour qu’il sache le faire après afin qu’il devienne autonome et non plus dépendant.

    C’est ce que je pratique quand je donne un cours de math et on peut le faire aussi dans la vie. Je ne donne pas la réponse mais par des questions, j’arrive à ce qu’ils trouvent la solution et c’est plus profitable pour eux car ils sentent qu’ils peuvent y arriver tout seul.

    Je crois que tout au long de notre vie, nous avons tous des milliers de cocons invisibles à percer et que les solutions sont à aller chercher en nous d’abord et puis seulement à l’extérieur après.

    zenie

    1. Christine dit :

      Bonjour Zénie,

      Avec ta sensibilité et clairvoyance, je ne doute pas de tes capacités à tirer tes élèves vers les haut. Plus on se pose de questions soi même et plus on est à même, je pense, de poser les bonnes questions aux autres.
      Bien amicalement,
      Christine

  6. zenie dit :

    Bonjour Christine, l’histoire du papillon me fait penser que souvent quand on aide quelqu’un , on en fait trop et qu’en fait il n’apprenne rien.
    L’aide la plus profitable serait de lui montrer pour qu’il sache le faire après afin qu’il devienne autonome et non plus dépendant.

    C’est ce que je pratique quand je donne un cours de math et on peut le faire aussi dans la vie. Je ne donne pas la réponse mais par des questions, j’arrive à ce qu’ils trouvent la solution et c’est plus profitable pour eux car ils sentent qu’ils peuvent y arriver tout seul.

    Je crois que tout au long de notre vie, nous avons tous des milliers de cocons invisibles à percer et que les solutions sont à aller chercher en nous d’abord et puis seulement à l’extérieur après.

    zenie

  7. Bonjour Christine,
    Un symbole très puissant que celui du papillon…
    Mais ce qui m’a le plus touchée dans ton article, c’est quand tu rappelles qu’il est essentiel d’éprouver de la reconnaissance, de la gratitude à l’égard de nos épreuves, parce que c’est elles qui nous permettent de grandir. Or, nous avons, vissé au plus profond de nos mémoires, le réflexe de nous apitoyer sur nos difficultés, de nous installer en victimes alors que le seul fait de faire fonctionner la gratitude pour le bien qu’il y a à retirer de toute situation peut nous propulser sur de hauts sommets…
    Merci et à bientôt !

    1. Salut Christine,

      Churchill a dit aussi « quand la boîte de cigare est vide il faut savoir arrêter de fumer jusqu’au moment où on m’en apportera une autre ».

      Ou alors c’est, heu, Georges Sand…ou Roger Moore…ou Jacques Dutronc, enfin bref, c’est fort. Très fort.

      Surtout que parfois on mettait, heu, un petit peu de temps pour leur en apporter.

      C’est dingue.

      @+
      Christian.

      1. Christine dit :

        Bonjour Christian,

        Eh oui, savoir se faire désirer… Tout le plaisir finalement est dans l’attente !
        Et par exemple, quand vous, messieurs, attendaient votre compagne qui se fait belle au lieu de « râler », sachez apprécier et savourer ce moment d’attente et de plaisir…
        Je suis sûre que tu sais le faire. 🙂

        Bien amicalement,
        Christine

    2. Christine dit :

      Eh oui ma chère Bernadette,

      C’est tellement plus facile de s’apitoyer sur son sort ! Quand il m’arrive encore d’avoir cet état d’esprit, j’ai mon double de moi-même qui se moque et « rigole » !
      Une pichenette bien salutaire pour changer mes pensées et transformer le discours que je pourrais tenir.

      Bien amicalement,
      Christine

  8. Salut Christine,

    Churchill a dit aussi « quand la boîte de cigare est vide il faut savoir arrêter de fumer jusqu’au moment où on m’en apportera une autre ».

    Ou alors c’est, heu, Georges Sand…ou Roger Moore…ou Jacques Dutronc, enfin bref, c’est fort. Très fort.

    Surtout que parfois on mettait, heu, un petit peu de temps pour leur en apporter.

    C’est dingue.

    @+
    Christian.

    1. Christine dit :

      Bonjour Christian,

      Eh oui, savoir se faire désirer… Tout le plaisir finalement est dans l’attente !
      Et par exemple, quand vous, messieurs, attendaient votre compagne qui se fait belle au lieu de « râler », sachez apprécier et savourer ce moment d’attente et de plaisir…
      Je suis sûre que tu sais le faire. 🙂

      Bien amicalement,
      Christine

  9. Ce discours me parle au sens où ce que l’on pense des épreuves a une influence directe sur la façon dont nous les traitons.
    Et donc sur le résultat obtenu.

    Après, bien entendu, il faut passer à l’action pour que nos pensées désormais bien orientées produisent les meilleurs résultats possibles en l’état de la situation.

    1. Christine dit :

      Bonjour Jean-Luc,

      Bien entendu, la réflexion doit mener à l’action !
      Bien amicalement,
      Christine

  10. Ce discours me parle au sens où ce que l’on pense des épreuves a une influence directe sur la façon dont nous les traitons.
    Et donc sur le résultat obtenu.

    Après, bien entendu, il faut passer à l’action pour que nos pensées désormais bien orientées produisent les meilleurs résultats possibles en l’état de la situation.

    1. Christine dit :

      Bonjour Jean-Luc,

      Bien entendu, la réflexion doit mener à l’action !
      Bien amicalement,
      Christine

  11. Bonjour Christine,
    Déplacer les montagnes est parfois nécessaire mais
    attendre un peu pour voir si la situation qui nous trouble
    n’aurait pas quelque chose à nous dire est preuve
    d’une grande sagesse.
    Si celui qui est pris dans son cocon nous touche, c’est nous qui
    avons un problème.
    Régler le fait que cela nous touche avant de découper le cocon
    pour venir en aide à la chenille peut nous éviter de projeter
    sur les autres nos propres imperfections!

    1. Christine dit :

      Bonjour Hannah,

      Ton commentaire résonne bien en moi. J’ai en effet compris il y a quelques temps déjà que d’être touchée et d’avoir envie de conseiller plutôt que de simplement écouter était une forme « d’autothérapie. »

      Bien amicalement,
      Christine

  12. Bonjour Christine,
    Déplacer les montagnes est parfois nécessaire mais
    attendre un peu pour voir si la situation qui nous trouble
    n’aurait pas quelque chose à nous dire est preuve
    d’une grande sagesse.
    Si celui qui est pris dans son cocon nous touche, c’est nous qui
    avons un problème.
    Régler le fait que cela nous touche avant de découper le cocon
    pour venir en aide à la chenille peut nous éviter de projeter
    sur les autres nos propres imperfections!

  13. Christine dit :

    Eh oui ma chère Bernadette,

    C’est tellement plus facile de s’apitoyer sur son sort ! Quand il m’arrive encore d’avoir cet état d’esprit, j’ai mon double de moi-même qui se moque et « rigole » !
    Une pichenette bien salutaire pour changer mes pensées et transformer le discours que je pourrais tenir.

    Bien amicalement,
    Christine

  14. Bonjour Christine,

    J’ai trouvé très triste l’histoire du papillon qui est mort à cause de l’homme qui avait brisé le cocon dans l’espoir de l’aider. Pauvre petite bête…

    Maintenant j’apprends à voir les difficultés (je n’y arrive pas à tous les coups), mais comme des situations «test» pour voir si je suis capable de les surmonter. Je pense à la tolérance qui est une qualité que je dois acquérir. Ça m’aide à garder mon calme et à faire une chose à la fois et à persévérer.

    Amicalement,

    Sco! 🙂

  15. Bonjour Christine,

    J’ai trouvé très triste l’histoire du papillon qui est mort à cause de l’homme qui avait brisé le cocon dans l’espoir de l’aider. Pauvre petite bête…

    Maintenant j’apprends à voir les difficultés (je n’y arrive pas à tous les coups), mais comme des situations «test» pour voir si je suis capable de les surmonter. Je pense à la tolérance qui est une qualité que je dois acquérir. Ça m’aide à garder mon calme et à faire une chose à la fois et à persévérer.

    Amicalement,

    Sco! 🙂

  16. sylviane dit :

    Bonjour Christine

    Je suis en train de lire un livre d’un neurologue mondialement connu pour son travail avec des personnes ayant subi de graves lésions au cerveau et il dit à un moment donné dans sa préface (en la faisant courte) que la maladie peut être « créatrice » car elle permet au système nerveux de trouver d’autres pistes et chemins pour évoluer. En peu de mots , la maladie peut être une grande opportunité pour grandir je l’ai vu fréquemment aussi bien dans ma sphère personnelle et professionnelle

  17. sylviane dit :

    Bonjour Christine

    Je suis en train de lire un livre d’un neurologue mondialement connu pour son travail avec des personnes ayant subi de graves lésions au cerveau et il dit à un moment donné dans sa préface (en la faisant courte) que la maladie peut être « créatrice » car elle permet au système nerveux de trouver d’autres pistes et chemins pour évoluer. En peu de mots , la maladie peut être une grande opportunité pour grandir je l’ai vu fréquemment aussi bien dans ma sphère personnelle et professionnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge